index

        

 


Né au Guatemala , mais Béarnais par ses ancêtres...

         

 

 

 

 

quetzal

 

 

 

 

 

 

Béarnais de vieille souche,

Jean Bernard-Luc ( Lucien Boudousse )

est né au Guatemala en 1909. [  clic  ]

son père avait émigré en Amérique Centrale pour y fonder une maison d’import-export.

A l’âge de 3 ans, il vient en France avec ses parents pour s’y établir définitivement.

Il partage son enfance entre le Sud-Ouest de ses ancêtres ( à MAUBOURGUET, où vivent ses grands-parents ) et la capitale.

Etudes à Paris : Gerson, Janson de Sailly, puis Ecole Supérieure de Commerce.

Mais il n’entend pas suivre la même voie que son père et se met à écrire.


 

 

 



                au front

Agrandir

.

Sa première pièce , DON JOSÉ, est créée à Bruxelles en 1936.

La guerre éclate.

Fait prisonnier, il s’évade, se réfugiant en zone libre où il écrit ses premiers films importants



 

A la Libération, sa première pièce jouée en France:

LE DINER DE FAMILLE , remporte un vif succès .

Puis, en 1947, autre succès, L'AMOUR VIENT EN JOUANT .

En 1949, une tragédie en 1 acte à deux personnages :

NUIT DES HOMMES

triomphe et rallie tous les suffrages de la critique.                                                                                                     

C'est aussi l'époque des grands films :

LE VISITEUR de Jean Dréville avec Pierre Fresnay et les Petits Chanteurs à la Croix de Bois.

avec Jean Anouilh, il écrit les scénarios de :

MONSIEUR VINCENT ( 1947 ) et PATTES BLANCHES  (1948 ) , ce dernier classique des ciné-clubs.

Vient ensuite PRÉLUDE A LA GLOIRE

avec l’enfant prodige chef d’orchestre Roberto Benzi.


 

En 1950, voyage aux Etats-Unis et à son Guatemala natal .

De retour à Paris, il écrit des satires et occupe le devant de la scène.

Des scènes entières semblent inspirées de Molière , lit-on à travers la presse.

Ses premières flèches il les décoche contre Freud et les psychanalystes : LE COMPLEXE DE PHILÉMON (1950) triomphe à Paris

Cette pièce fait une carrière mondiale

( USA, Amérique latine, Scandinavie, Benelux, etc )

et sera jouée à l’écran par Fernandel.


 

Ensuite il s’en prend au fameux rapport Kinsey sur la sexualité du couple américain dans un autre grand succès :

LA FEUILLE DE VIGNE ( 1952 )

En 1953, CARLOS ET MARGUERITE traite de l’aboulie .

En 1955, une libre adaptation de l’auteur américain Hugh Herbert : LA LUNE EST BLEUE fait l’unanimité de la presse, même américaine.

La même année LES AMANTS NOVICES ne sont pas sans rappeler les Amants Magnifiques.

En 1957, HIBERNATUS, autre grand succès, et qui sera adapté au cinéma par Molinaro avec Louis de Funès.

 

pendant une répétition


        

 

        

A partir de 1960, J.Bernard-Luc signe des films au succès durable et atteint la notoriété de dialoguiste de talent :

LA BELLE ET L’ EMPEREUR ( Romy Schneider )

LE TRACASSIN OU

LES PLAISIRS DE LA VILLE ( Bourvil )   

LE CAÏD ( Fernandel )

LA FAYETTE

( sur la Guerre d’Indépendance

des États - Unis )

HIBERNATUS ( Louis De Funès ), tiré de sa pièce

LES TROIS MOUSQUETAIRES


En 1965, il écrit avec Jean-Pierre Conty une comédie-vaudeville devenu un classique du genre :

QUAND ÉPOUSEZ-VOUS MA FEMME ?

créée au théâtre …du Vaudeville !

( Michel Serrault, Jean-Pierre Darras , Maria Pacome )

Il signe aussi des téléfilms historiques en collaboration avec Jean Delannoy et Paul Planchon.

Il aborde un autre genre : un roman de biologie- science-fiction qui sera nominé au Festival du roman fantastique d’Avoriaz de 1981.

Jean Bernard-Luc s’éteint à Pontoise le 18 mai 1985 à la suite d’une longue maladie. Son théâtre, ses films lui ont survécu malgré les goûts d’un public nouveau.

Il laisse 6 pièces inédites et divers écrits .

Chevalier de la Légion d’ Honneur.

Serrault et Darras dans la scène des couchettes de  « Quand épousez-vous ma femme ? »

un écrin de verdure où vécut l’auteur



Le Site sur les PYRÉNÉES dont sont originaires Jean Bernard-Luc et son épouse

ECRIRE AU WEBMASTER